Poéme

Ressentir la poésie

Ressentir la poésie et comprendre la poésie dans sa structure aborder les différents styles.

Apprécier son évolution dans le temps.

Comment elle fut utiliser contre le pouvoir et la question de sa necessitée dans le monde d’aujourd’hui.

Nous aborderons aussi ses formes détournées

et enfin la poésie est elle un souffle spirituel ?

ressentir la poésie

Pour ceux qui sont en prison

Avec eux- mêmes

A traves cette révélation

Je partagerai ce spontané thème

 

Le bonheur est inspiré

Le malheur a de l’inspiration

La vie a et est

La vrai force d’adaptation

La vrai force c’est se rebeller dans  les bons moments

La liberté et le respect circule en nous comme un courant

La vraie force à raison

La vraie force c’est la passion

 

L’inspiration exprime le visage intérieur

D’une âme qui se sent inferieur

Soutenant les flammes élevées de nos cœurs

A l’écart de nos dangereuses peurs

 

Glissent nos êtres dans toutes les directions

Le courage est une leçon

De notre inspiration

 

L’inspiration, Henry Angélique

 

 

 

 

 

 

La poésie ressemble beaucoup à la philosophie.

C’est une perception,
un ressenti, un avis, une façon propre à celui qui l’écrit de
voir le monde.

Comme dans ce poème ou je décris l’inspiration
comme une force qui peut nous aider à surmonter nos démons
intérieurs en effet la poésie fait aussi office de traducteur.

Il y a certaines choses que nous pensons ou que nous ressentons sur lesquelles il est impossible de trouver un sens.

c’est pour cela que la poésie parfois mieux
que la psychologie nous met face à nous même.

Ouverte d’esprit on peut tout lui confier.

Même des impressions absurdes ou même des
sentiments éphémères.

Quoi qu’on en face la poésie est un moyen
de valoriser tout ce qui se passe à l’intérieur.

A travers ce poème est transmis la détresse qui ronge avec des réflexions sur le moyen d’arriver à y mettre fin.

Un poème révèle aussi ce qu’on aimerait être,

ce que nous souhaitons dans le monde et ce qu’on aime.

La première phrase parle du mal être, comme de la gêne et de la peur du jugement qui empêche souvent le naturel et la simplicité.

Dans le poème je m’exprime à une assemblée
pour me cacher derrière eux, car ce genre de sentiments n’est pas de ceux qui s’assument.

Par « le bonheur est inspiré »
tandis que « le malheur a de l’inspiration » je désigne que le bonheur, c’est-à-dire le fait d’être épanoui, nous rends
plus ouvert aux choses qui nous entoure,

ce qui nous permet d’avancer.
Alors que le malheur, c’est-à-dire le chao, accentue le ravage de l’esprit, qui regorge alors de pensées qui menacent d’exploser.

Donc que contre son grès, il a pleins de choses à dire. Globalement je parle du courage qui nait de l’inspiration ainsi que de la passion qui peu venir de la joie comme de la souffrance.

L’inspiration pour moi est le reflet de la poésie.

En conséquence, comme il est dit de l’inspiration dans le poème,

la poésie « exprime le visage intérieur d’une âme qui se sent inférieur ».

ressentir la poésie

 

Comprendre la poésie

 

Qu’est-ce qui fait la spécificité de la poésie dans la littérature ?

Quelle est sa particularité ?

On avait parlé de règles strictes,

comment est formé un poème ?

D’abord, dans un poème il y a des vers.

Un vers c’est une phrase dans la poésie.
Lorsqu’un vers se termine à la ligne,

c’est-à-dire sur un autre vers, on appelle ça un enjambement,

c’est le rejet.

Il existe un autre type d’enjambement qu’on appelle le contre rejet.

C’est lorsque, à l’inverse du rejet, un vers commence à côté d’un autre vers

Par exemple : Souvenir, souvenir, que me veux tu ? L’automne

faisait
voler la grive à travers l’air atone.

Partons de l’enjambement pour revenir au vers.

Un vers est mesuré, c’est-à-dire qu’on compte ses syllabes.

De certains nombres de
syllabes ont un nom : 8 syllabes (octosyllabe), 10 syllabes
(décasyllabe), 12 syllabes (alexandrin).
Les vers sont regroupés en strophes.

On nomme les strophes en fonction
du nombre de vers.

Lorsqu’un poème contient deux vers on appelle
cela distique tandis que pour trois vers c’est tercet.

Ensuite il y a les strophes de quatre vers qu’on appelle quatrain et enfin, pour
cinq vers le nom est quintil.

Outre les vers et les strophes il y a
les rimes. Il existe diverses dispositions.

 

Il y a les rimes croisées :

-A (1er vers)

-B (2eme vers)

-A (rime avec le 1er vers)

-B (rime avec le 2eme vers)

Embrassées :

-A (1er vers)

-B (2eme vers)
-B (rime avec le 2eme vers)
-A (rime avec le 1er vers)

Plates :
-A (1er vers)
-A (rime avec le 1er vers)

Les formes poétiques :

Les forme fixes se caractérisent par trois strophes identiques avec des vers cours qu’on appelle une ode.

Ou par deux quatrains suivit de deux tercets qu’on appelle un sonnet.

Les formes libres concernent la fable qui se caractérise par la présence d’une morale.

Elle concerne également le poème en prose qui ne contient ni de rimes, ni de vers

mais qui contient toutes les autres caractéristiques de la poésie tels que les figures de styles et les sonorités.

Enfin elle concerne le calligramme. Le calligramme est un poème qui forme un dessin.

ressentir la poésie

la poesie à travers le temps

Plus les siècles passent, moins la poésie est populaire. Pourtant, elle est encore là aujourd’hui et fait partie des plus vieux genres littéraires. Avec cela on peut ajouter que bien que le style change, les sujets eux sont toujours les mêmes. On parle encore très souvent de l’amour et de la souffrance. D’origine grec (poiein), le mot poésie signifie faire, crée. La poésie date du moyen âge, à l’époque il était plus question d’oral (avant l’invention de l’imprimerie au XV e siècle). Enfin pas tout à fait. En réalité la plus ancienne trace de poésie vient du célèbre aède (nom du poète antique) Homère.

Auteur de l’Iliade et l’Odyssée, il serait donc à l’origine de la poésie et elle daterait de l’Antiquité. Pourtant le terme « poète » n’apparait qu’au Moyen-âge avec le sonnet. A l’époque la prose n’existait pas. C’est plus tard au XIX e siècles qu’elle apparait, après le vers.

Désormais nous utilisons d’avantage la prose plutôt que les rimes et les vers.

Quels étaient les styles avant aujourd’hui ? Comment en est-on arrivé là ?

les styles de poesies

La poésie commence dans l’Antiquité grecque et latine avec le rythme. Plus exactement ils se servent d’unités rythmiques, le dactyle (se mesure par la main, phalange) qui descend et l’iambe (se mesure par le pied) qui monte. Pour mieux comprendre on peu comparer ses deux unités au temps utilisé en musique.

Elle se poursuit au Moyen-âge avec l’apparition de l’alexandrin. Lequel porte un nom différent des autres mesures de syllabes (octosyllabe et décasyllabe) par rapport à un poème très connu du nom de « Le roman d’Alexandre ». A ce moment-là, il y a trois types de poètes : les troubadours qui accompagnent leurs poèmes de musique (lyrisme), les jongleurs qui sont ceux qui racontent des histoires et les clercs qui eux ont étudié la poésie.

la poésie à travers le temps

 

 

Au XVIIe siècle débute avec le mouvement baroque.

Un mouvement innovant pour la poésie.

En effet, il entraine le sonnet et l’ode.

Pourtant, malgré cela il fait assez vite place au classique plus axé sur la réalité plutôt que l’exagération du malheur, du drame.

Non, à l’époque c’est la rigueur qui est populaire.

Ainsi furent établit les règles. Notamment du côté des rimes qui étaient très peu présentes.

La poésie fait alors un bond énorme dans l’évolution lorsqu’arrive le XIXe siècles.

Vous connaissez surement Baudelaire, Rimbaud et Verlaine !

Effectivement, différents styles apparaissent au XIXe siècles.

Toutefois l’époque a surtout été marqué par le romantisme.

L’époque et aussi beaucoup la littérature. Plus récemment, au XXe siècle Guillaume Apollinaire crée le calligramme.

Poésie

la poésie un outil contre le pouvoir

Jean de La Fontaine le célèbre auteur des Fables de La Fontaine
utilisait des animaux dans ses poèmes pour camoufler le vrai sens de
ses morales. En effet, ayant vécu à une époque où tous les
pouvoirs étaient donnés à une seule personne et où les autres
vivaient dans la misère. La censure régnait. Pour dénoncer le
pouvoir et éclairer les enfants, il a créé « Les Fables de
La Fontaine ». Ainsi il s’amusait à écrire pour les enfants
du roi qui ne se doutait de rien.

la poésie à travers le temps

La poésie necessaire ou contingent dans le monde d’aujourdui ?

La première apparition de la poésie avait des fonctions religieuses.
Néanmoins aujourd’hui on ne peut pas vraiment la considérer comme
quelque chose de nécessaire dans la société. Même si elle est
plus reconnue à ses yeux et qu’il existe des manifestations
poétiques.

On nous l’enseigne à l’école néanmoins en France,
la poésie est un sujet reculé de la littérature.

Parlons-en de la poésie qu’on nous apprend.

Tout d’abord on remarque que les
poèmes que nous étudions sont toujours – ou très souvent – d’une autre époque.

Ensuite on n’a parfois pas la chance d’en entendre parler dans son parcours scolaire. Pourtant n’a-t-on pas dit
qu’elle était partout ? En effet, il est dit que la poésie peut prendre plusieurs formes, notamment celle de la musique.

La Poésie en Musique

Si certains diront que la musique n’est qu’un loisir, d’autres diront
qu’elle change leur vie. D’ailleurs on dit que la poésie est une
manière de vivre, alors cela ne veut-il pas dire que c’est
nécessaire ? Dans la société on estime que la poésie n’est pas
nécessaire cependant on estime aussi qu’elle l’est pour soit.

La poésie, un art spirituel ?

Croyez-vous en l’âme ? Car Il est dit que la poésie vient de là.

Elle serait notre noyau, ce qui nous différencie des autres.

Selon le japon, l’homme à trois visages, celui que l’on montre à sa
famille, celui que l’on montre à ses amis et celui que personne ne voit.

Ce dernier visage serait celui de l’âme.

La poésie serait alors le moyen de l’exprimer.

Le don du poète repose sur sa façon
de traduire le monde qu’il voit.

Ou plutôt sur sa façon de percevoir le monde.

C’est donc comme cela que ce dernier écrirait
un poème.

Le poète antique appelé l’aède été considéré comme une sorte de
demi-dieux, comme un messager.

On disait qu’il était habité par le souffle divin.